Le salon ISPO est le rendez-vous mondial du matériel de sport d’hiver et outdoor. C’est le moment où la plupart des nouveautés sont révélées. Gigantesques halls (au nombre de 12), ils concentrent ce qui glissera à nos pieds l’hiver prochain comme un magasin idéal permettant de découvrir et comparer ce matos qu’on aime tant.

Panorama ISPO 2016

Pas de révolution au menu. La rando et la freerando continue à influencer de façon durable et profonde les gammes des fabricants ainsi que la conception du matériel. « Une chaussure comme la Hawx (Atomic) ou la QST (Salomon) sont des chaussures alpines clairement influencées par le design rando », explique Jérôme Minet, en charge de la chaussure chez Lange. Il présente lui-même le premier modèle rando de la marque italienne,  connue pour ses qualités alpines. Déclinée en trois couleurs flashy, la XT porte classiquement quatre crochets, sortent d’un nouveau moule, sont disponibles en 97 mm et 100 mm. Leurs inserts sont certifiés Dynafit, elles pèsent 1kg800 en taille 26,5 et le chausson est entièrement thermoformable. « Elle est rassurante pour les alpins qui passent à la rando », explique Jérôme Minet, « c’est justement l’un des freins de la chaussure de rando aujourd’hui : la complexité des crochets, des câbles, des manipulations ».

Après une journée sur la neige, la XT se révèle parfaitement en phase avec son programme : une chaussure alpine solide, avec un flex très alpin (le 130 est un vrai 130) et une crochetterie bien travaillée. Elle ne plaira pas aux randonneurs traditionnels (elle manque un peu de débattement, elle est lourde) mais le skieur alpin se sentira en terrain connu. Un produit que j’appelle trait d’union (comme peut l’être la fixation Kingpin, la chaussure MTN) entre l’univers alpin et l’univers de la randonnée.

Lange 2017

Le cycle des nouveautés s’est considérablement ralenti chez les fabricants de ski et notamment dans le matériel de rando : fini les nouveautés annuelles, les modèles restent en gamme deux ou trois saisons avec parfois les mêmes décos… et ce n’est pas finalement pas si mal. On en parle depuis un moment, depuis 2009 même. Ainsi Zag n’annonce pas de nouveautés mais travaille sur un modèle junior et un nouvel Ubac, le modèle-phare de la marque d’Argentière décliné à partir du shape du Bakan, actuellement le plus large de la gamme rando chez Zag. Ils seront disponibles l’hiver prochain.

Zag 2017

Au milieu du fouillis (plus ou moins entretenu par les fabricants) des normes de fixations (Tüv, Iso…) et auquel plus personne ne comprend rien, un standard se dessine : la fixation à inserts de Dynafit. L’annonce d’un accord de partenariat avec le groupe Amer (pour les chaussures Arcteryx dès 2016/2017 et les modèles Atomic et Salomon pour 2017/2018) vient confirmer cette tendance. Ces trois marques équiperont donc leurs chaussures d’inserts certifiés Dynafit qui améliore la compatibilité entre une chaussure et la fixation. Les marques suivantes ont déjà signé pour le sceau Dynafit : Tecnica, Scott, Fischer, Hagan (+ Movement et Roxa, ce sont les trois mêmes chaussures), Lange et Scarpa.

Salomon, justement,  décline sa chaussure MTN, un vrai beau succès, en modèle féminin.

MTN Femme Salomon 2017

Salomon 2017
Salomon 2017
Salomon 2017
Salomon 2017
Splitboard Salomon 2017

Un autre exemple de la confusion entretenue sur les chaussures et les fixations est la norme rando WTR : elle donne aux chaussures de rando une sécurité équivalente aux systèmes de ski alpin… uniquement sur les fixations WTR. Sauf que sur des fixations de ski alpines classiques (donc non WTR), il n’y a pas de déclenchement sécurisé. Ce léger défaut n’est évidemment pas clairement expliqué. Posez la question à votre détaillant pour voir…

Norme WTR

Revenons aux nouveautés. Chez K2, le célèbrissime Wayback, l’un des plus consultés dans nos tests et détenteur d’un award, ne change pas (en version 96 mm sous le pied), mais le 88 mm est allégé de 200 g avec un nouveau noyau. La déclinaison chez les femmes se fait avec un noyau spécifique légèrement plus souple et s’appelle Talkback. Le Coomba, le ski de feu Doug Coombs, ressort pour son dixième anniversaire dans une parure fidèle à l’original. Du côté des chaussures chez le fabricant américain, la Pinnacle se dote d’une petite soeur 300 g plus légère (par chaussure) car fabriquée en plastique Pbax (le plastique de choix des fabricants de chaussures de rando qui grignotent les grammes).

K2 2017
Detail du Payback 2017
K2 2017
Pinnacle K2 2017
Talkback K2 2017

Chez Dynastar, on ne change pas une équipe qui gagne… on la complète ! Le Mythic 97 ne change pas et voit un nouveau venu, le Mythic 87, co-développé avec Vivian Bruchez. 87 mm sous le pied, des lignes de cotes tendues et un poids minime de moins d’1kg. Après l’avoir tourné quelques pistes sur neige dure à molle, il révèle de vraies qualités de pistard. Le plus impressionnant est qu’il n’a pas le poids de sa performance. En se tirant la bourre avec Vivian sur une noire durcie, le ski tient la courbe, une étonnante performance pour un tel poids. 

Vivian Bruchez parle du nouveau ski Mythic 87 de Dynastar from Community Touring Club on Vimeo.

 

Dynastar 2017

Chez Dalbello, qui se traine des chaussures lourdes et qui a pris du retard dans la trace rando, propose une Lupo carbon ti à 1650 g… pas des plus légers et au-dessus de la limite psychologique des 1kg500, mais elle est de belle facture… et d’un prix à la hauteur, dans les environ de 1000 euros.

Lupo Carbon ti Dalbello 2017

Völkl décline sa magnifique construction allégée sur un BMT 109.

BMT 109 Voelkl 2017
BMT 109 Voelkl 2017

Kästle fait parler de lui dans les allées de l’ISPO avec ce modèle pesant 1350 g en 178 et alignant 98 mm sous le pied.

Kaestle 2017

Chez Majesty, on propose du large carboné avec le Destroyer clt, de 111 à 117 mm selon la longueur, et pour un poids de 1,35kg à 1,9 kg.

Majesty 2017

A noter, la fixation maligne de randonnée/télémark, pas nouvelle mais dotée de nouvelles optimisations, la Meidjo 2.0. C’est Made in France et elle a remporté un award French Outdoor.

Meidjo 2.0 fixation telemark randonnée

Fischer continue à compléter sa gamme avec un modèle très léger qui donne très envie de le tester.

Fischer 2017
Fischer 2017
Fischer 2017

Dynafit

Dynafit 2017
Dynafit 2017
Dynafit 2017
Dynafit 2017
Dynafit 2017
Dynafit 2017
Dynafit 2017

Black Crows

Black Crows 2017

Hagan

Hagan 2017

Atomic

Backland Carbon Atomic 2017
Backland Carbon Atomic 2017
Atomic 2017

Rossignol

Rossignol 2017

DPS

DPS 2017

Movement

Movement 2017
Movement 2017
Movement 2017
Movement 2017

Scott

Scott 2017
Scott 2017
Gamme Scott 2017
Superguide Scott 2017

Blizzard et Tecnica

Blizzard ZeroG 2017
Tecnica 2017
Tecnica 2017

 

Texte et photos : Guillaume Desmurs

5 commentaires

Toutes les chaussures se ressemblent depuis des années avec les sempiternels crochets chiants à fermer. Quand les fabricants sortiront ils du même concept pour qu’enfin un enfant, une femme, un skieur lambda passe un bon moment à enfiler ou quitter ses chaussures ?

/ Répondre

Bonjour, un crochet n’est pas forcément difficile à fermer. Les fabricants ont beaucoup progressé sur l’ergonomie générale de la chaussure (enfin, pas tous les modèles…). Certains modèles utilisent aussi un système de serrage Boa plus facile.

Lasportiva sur la spectre a des crochets discret et efficace tu les règle au parking, et pour le reste de la journée tu les ouvres, les fermes et c’est tout . Sur les dynafit ce que je déteste c’est la proéminence de la boucle en position montée (j’ais très envie de leur faire payer mon pantalons trouer par leur connerie de crochets ) . Cher Scott (superguide) c’est pareil beaucoup trop grosse leurs boucles, ce qui ne les rend pas plus facile a manipuler (surtout celle avec la sangle) .
A+

/ Répondre

y’a un comme refus des fabricants à nous fournir du matos d’alpinisme qui permette un ski performant et secure sur des pentes qui sont des pentes d’alpinisme… soit on trimbale des parpaings soit on glisse en chaussette… soit àa reste de la promenade… Pourtant on sent bien qu’il y a des éléments chez chacun qui, réunis, permettraient d’y arriver… Sinon nous on n’en peut plus d’avoir à choisir entre bientôt des milliards de paires soit disant différentes qui en réalité se distinguent de manière anecdotique, comme pour les chaussures de trail… Bon on sent l’effort mais y’a encore comme un cap à franchir là 😉 Aller un peu de courage les fabricants

/ Répondre

Salut Matthieu, un ski comme le Dynastar Mythic 87 (conçu en partenariat avec Vivian Bruchez) est justement pensé pour le programme que tu décris.

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *